chayote

La Chayote, un légume-fruit à connaître

La Chayote (ou chayotte) possède énormément de noms puisqu’elle est également appelée Chow chow (Inde), Christophine (Guyane), Choko (Nouvelle Zélande) ou Chouchou (île de la Réunion). Son nom scientifique est Sechium edule.

Bien qu’il s’agisse d’un légume/fruit très consommé en Amérique du Sud et aux Antilles, j’en trouve régulièrement chez mon épicier asiatique car elle est aussi à la base de plats asiatiques, principalement chinois et thai. Aussi la chayote a-t-elle piqué ma curiosité.

Le Podcast

Ci-dessous le podcast pour vous accompagner en audio

Origine et composition

La Chayote trouve son origine en Amérique Centrale, et principalement au Mexique. De la famille des cucurbitacées, il s’agit d’une plante vivace grimpante qui enroule ses lianes autour d’un support. Aussi, elle peut sans problème être utilisée à la manière d’une vigne sur la façade d’une maison ou sur une pergola, par exemple.

Si vous habitez dans une région au climat clément, il s’agit d’une plante intéressante à installer sur votre terrain car on en consomme pratiquement tous les morceaux.

Parties comestibles de la Chayote

Soyons précis, lorsque j’évoque la chayote dans cet article, je veux parler de son fruit. Celui-ci a un aspect à mi chemin entre la poire et le coing, tant au niveau de la forme que de la taille. Sa couleur varie généralement entre le jaune pâle et le vert.

Elle possède un goût que je situerai entre la courgette et la poire car je le trouve un peu fruité. Certains lui trouvent également une similarité avec la pomme de terre.

Lorsqu’on la coupe en deux, on s’aperçoit qu’elle possède une espèce de gros pépin unique, qui a la forme d’une amande.

Mais en vérité, il n’y a pas que le fruit qui se mange. Certains plats antillais sont réalisés à base de son tubercule, cuisiné jeune et tendre, souvent sous la forme de frites.

On peut également utiliser de jeunes pousses de chayote avec leurs feuilles tendres et qu’on accommode en fricassée avec de l’ail.

Les jeunes boutons floraux femelles, de la taille d’un petit pois, peuvent eux aussi être préparés/ ils sont confits dans du vinaigre, à l’instar des câpres.

Propriétés et bienfaits de la Chayote

Comme beaucoup de cucurbitacées,la chayotte contient beaucoup d’eau. Ca fait d’elle un légume peu calorique puisqu’elle possède avec une très faible teneur en glucide et une faible teneur en graisse.

Dès lors, bien sûr, ce qui lui reste, ce sont des fibres, beaucoup de fibres ! Elle constitue aussi un bel apport en vitamine C, B2, B3 ainsi qu’en potassium, phosphore, magnésium et calcium.

Une arme contre le diabète

Dès lors, comme tous les aliments très fibreux, la chayote peut être un légume à privilégier pour lutter contre le diabète. En effet, un taux important de fibres permet de ralentir l’afflux de sucre dans le sang et de contrôler sa métabolisation.

Une aide contre la rétention d’eau

La concentration en eau et en vitamine C de la chayote contribue à drainer l’organisme et à stimuler le système rénal. Il semble également qu’elle permettrait d’aider à la dissolution des petits calculs rénaux éventuels.

Une alliée pour allaiter son bébé

La Chayote est galactogène, ce qui signifie qu’elle stimule la lactation après l’accouchement et durant la période d’allaitement. Comme elle est riche en eau mais aussi en vitamines, minéraux et enzymes, elle permet de favoriser une qualité nutritive de lait maternel très intéressante.

Une alliée dans la perte de poids

Comme dit précédemment, la Chayote possède un taux élevé de fibres. Dès lors, elle constitue un coupe-faim, très rassasiant. De plus, elle a une action “brûle graisses” qui va puisser dans les cellules graisseurs localisées sur la zone abdominale.

Je ne vous ai parlé que des bienfaits de la Chayote qui lui étaient très spécifiques mais sachez qu’elle en possède bien d’autres: elle renforce le système immunitaire, est riche en antioxydants, favorise le transit…

Cette plante, fort peu connue en Europe, est très intéressante à exploiter. Si vous en voyez sur un marché qui fait la part belle aux légumes un peu exotiques, je vous conseille vivement d’en prendre.

Utilisations culinaires

Alors là, c’est le moment où on peut s’amuser (et se régaler!) de mille et une façons car il y a tellement de manières de cuisiner ce légume à travers le monde qu’il est impossible de ne pas en trouver une qui nous plaise!

Je vous en donne quelques-unes dans le désordre pour que vous en constatiez la diversité:

  • en salade: elle sera râpée crue comme dans la recette de la salade thai avec des carottes, du jus de citron vert, …
  • en soupe: en velouté avec quelques herbes
  • en wok : sautée en julienne avec de la sauce soja, du gingembre et de l’ail
  • en curry: avec une sauce onctueuse au lait de coco
  • dans les autres gastronomies, vous pourrez la trouver en gratin, en beignet, en tarte, en confiture,…

Une recette concrète de Chayote

Je n’ai pas suivi de recette et j’ai décidé d’apprivoiser ce légume à ma façon, en réalisant une quiche. Celle-ci était délicieuse et j’ai préalablement fait caraméliser ma chayote dans de la sauce d’huître végétarienne, ce qui lui a donné un petit goût sucré-salé très agréable.

Je vous préciserai prochainement la manière dont j’ai réalisé ma Quiche de Chayote & Edemame au tofu soyeux !

Connaissez-vous ce légume? Comment l’utilisez-vous?

Merci de me donner vos meilleures recettes en commentaire ci-dessous pour de plus amples découvertes culinaires!

Partagez cet article
  •  
    1
    Partage
  •   
  •   
  •   
  • 1
  •  

6 commentaires sur “La Chayote, un légume-fruit à connaître”

  1. Bonjour,
    J’ai reçu plusieurs fois ce légume dans mon panier. Et je ne savais pas trop quoi en faire. J’ai toujours commencer par le cuire à l’eau ou à la vapeur car la peau est compliqué à enlever cru et très fibreuse une fois cuite.
    Lorsque tu l’utilises crue, est-ce que tu l’épluches avant ?
    Une fois cuites, je la coupe en morceau et la cuisine en gratin le plus souvent mais en variant les accompagnements 😉

    1. Bonjour Lucie,
      Oui, tout à fait, quand on l’utilise crue, il faut l’éplucher avant puis le râper. Tu peux en faire une salade à l’asiatique avec des carottes râpées, vinaigre de riz, nuoc mam et huile de sésame. C’es également excellent en fines tranches et sauté dans un wok avec ail et sauce soja.

    1. Très bonne idée, je pense que ta région s’y prête bien car l’un de mes lecteurs m’a dit qu’il en avait plein son jardin (à Poitiers). Cela pousse extrêmement bien. Voici ce qu’il m’a donné comme cycle: par saison récolte vers octobre. Faut garder quelque fruits pour mettre en pot ou bac en intérieur et replanté au printemps après les saints de glace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *